La Bibliothèque Départementale

Le désherbage

Pourquoi, comment trier les documents en bibliothèque ?

Le désherbage, c'est quoi ?

Ce terme a été créé par la BPI ( Bibliothèque publique d’Information du Centre Pompidou à Paris). C'est une métaphore végétale pour désigner le tri des documents. « La bibliothèque est un jardin qu’il faut cultiver et faire prospérer par de nouvelles plantations, mais qu’il faut entretenir et nettoyer, afin que les mauvaises herbes n’y étouffent pas les belles pousses et ne découragent pas le lecteur dans sa récolte »

Pourquoi désherber ?

Le désherbage permet d’offrir au public des documents attrayants, actuels et en bon état ; il est aussi un excellent moyen de faire de la place pour y introduire, par exemple, de nouveaux supports. De plus, l’aménagement des bibliothèques n’est plus aujourd’hui pensé exclusivement en fonction des documents, car il doit tenir compte des nouvelles pratiques des usagers en créant des espaces de travail, de détente, d'échange et de convivialité.

Le désherbage permet également d’aérer la présentation des documents sur les rayonnages et de mettre en valeur les collections ; il contribue à améliorer l’image de la bibliothèque et c'est un moyen efficace pour bien connaître le fonds et mieux répondre aux demandes du public.

Existe-t-il une bonne période pour désherber ?

Même si le désherbage doit se pratiquer toute l’année, au retour des emprunts des documents, il existe des moments plus propices à cette tâche : un déménagement dans un nouveau local, l’informatisation des collections ou la constitution d’un nouveau fonds, par exemple.

Quels documents désherber ?

  • ceux qui sont en mauvais état ;
  •  ceux qui sont périmés. Certains domaines, comme les sciences, l’informatique, le droit, la géopolitique… évoluent très vite et la bibliothèque doit proposer au public une information fiable et actuelle ;
  •  ceux qui dorment sur les étagères depuis plusieurs années, car un document qui n'est pas emprunté prend la place d'autres titres plus attractifs ;
  •  ceux qui sont redondants, c’est à dire les exemplaires d’un même titre ou les ouvrages trop nombreux sur un même sujet ou d’un même auteur ;
  •  ceux qui ne correspondent pas à la politique d’acquisition de la bibliothèque ni au public à desservir. Il ne sert à rien de conserver des livres trop ardus ou trop spécialisés qui n’intéresseront pas les usagers.

Que deviennent les livres désherbés ?

Le désherbage ne signifie pas systématiquement pilon, un mot qui heurte souvent les consciences. Il existe plusieurs destinations possibles :

  • La réparation : on peut réparer certains livres abîmés, mais la réparation demande une certaine technicité, du temps à y passer et un coût non négligeable en fournitures, elle doit être réservée à des ouvrages peu détériorés.
  •  La mise en réserve : on peut stocker dans une réserve les livres encore en bon état susceptibles d’être empruntés un jour. La réserve ne doit cependant pas servir à stocker des livres qu’on se refuse à jeter !
  •  Le don : on peut donner des ouvrages en bon état que l’on possède en double à d’autres bibliothèques ou à des associations caritatives, mais en s’assurant qu’ils sont bien en adéquation avec les besoins des bénéficiaires.
  •  La vente : on peut vendre certains livres dans un vide-greniers (à condition de disposer d’une régie de recettes) ou à un soldeur.
  •  La destruction : la solution la plus radicale consiste à détruire les livres n’ayant plus aucun intérêt pour le public et si possible à les valoriser comme papier à recycler.

 Comment désherber ? les différentes étapes

  • définir par écrit avec l’ensemble de l’équipe les critères d’élimination ; application/pdf Grille de désherbage (47,44 kB) Télécharger le fichier
  •  établir et faire valider par le maire ou le président de la communauté de communes un document écrit expliquant les raisons du désherbage, les critères retenus, les destinations possibles des ouvrages désherbés, le déroulement des opérations en précisant si une fermeture est envisagée ;
  •  informer les lecteurs sur la campagne de désherbage en leur en expliquant les raisons et les conséquences qu’elle va entraîner pour eux ;
  •  classer le plus rigoureusement possible les collections à désherber pour en avoir une vision exacte et repérer les doublons ;
  •  examiner les documents un par un en s’interrogeant sur leur pertinence et leur utilité dans la bibliothèque à partir des critères préalablement définis. Ce travail de « désélection » (expression québecoise) doit se faire au moins à deux pour tempérer les décisions subjectives et confronter son point de vue à celui d’une autre ;
  •  traiter les livres et autres documents, c’est à dire rayer le cachet de la bibliothèque et apposer un tampon « pilon » ou « retiré des collections », mettre à jour le catalogue informatisé ou rayer la ligne d’inventaire sur le registre pour les bibliothèques non informatisées ;
  •  établir la liste des documents désherbés et la remettre à la collectivité de tutelle ;
  •  demander une délibération pour pouvoir les éliminer (qu’il s’agisse de dons, de vente ou de pilon) ; application/pdf Modèles de délibération pour désherbage (50,96 kB) Télécharger le fichier
  •  éliminer physiquement les ouvrages destinés à la destruction ou réaffecter les autres (dons, vente,…).

Enfin, il sera nécessaire dans un deuxième temps d'évaluer la campagne de désherbage par rapport aux objectifs définis, à la réaction du public et aux répercussions sur le prêt en produisant des statistiques. Et de réfléchir à la réactualisation du fonds et aux achats indispensables pour remplacer les documents ou combler les lacunes repérées.

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Portail Départemental